Après une attente de bien des temps, VSCO Filmpack 02 a enfin atteri dans l’antre même de mon disque dur. Ma joie est contenue, mon émotion est en fait présente quand mon oeil tombe sur les résultats issus du travail conjoint du plugin avec les outils inhérents à Lightroom, combiné à des photos qui n’attendaient plus que d’être exploitées. Il ne manque plus que quelques pièces du puzzle pour que le workflow soit to-ta-le-ment mon goût (et il est déjà, à un certain niveau). Images supplémentaires sur le blog photo : http://jim-e-photographie.tumblr.com/.

Netflix.

Lundi matin. 08h et quelques. J’actualise mes mails, histoire de voir s’il n’y a rien de nouveau à savoir, entre temps. C’est devenu un geste habituel. Quand soudain. Ces 7 lettres. Netflix. Cette phrase. ” Netflix est maintenant disponible dans votre pays “. L’attente d’un an et demi qui s’achève. Un an et demi d’espérer que l’audiovisuel français n’empêcherait pas ce challenger numérique d’arriver dans le paysage. Il n’est pourtant pas le premier. Canalplay était déjà sur la place. Mais pour avoir testé, cela n’avait rien de bien intéressant. C’était juste là, avec des possibilités, mais rien de bien alléchant, comme ce que propose Netflix. Pourtant, le concept est plus ou moins le même. Un abonnement, permettant de voir à loisir, en streaming, selon le débit de sa box, tout un nombre de série et de films, ce en pas plus de 4-5 clics. L’installation juste d’un plugin suffit. Et c’est parti. La lecture de l’épisode se charge, net, sans bavure, la qualité de l’image se cale sur la qualité du débit, et le tout se lance. Sans demander plus. Le luxe du streaming. Je suis content, car cela me fait économiser près d’une trentaine d’euros par saisons de séries qui m’intéressait, et que je comptais prendre via iTunes. Là j’ai commencé Orange is the New Black. Je vous raconterais. Assez particulier, mais intéressant dans le fond. J’essaie de faire preuve de sagesse en tout cas. Pas plus de 2 épisodes par soirée. Cela me ferait perdre le goût des bonnes choses, et me ferait vivre la chose autrement. Chaque chose en son temps. Petit à petit. C’est mieux ainsi.